Catégories
B2-Articles de recherche

Les attitudes dans le film Rien à déclarer

L’Union européenne s’est développée de plus en plus au fil des ans. Cette évolution n’a pas toujours apporté des améliorations, mais parfois aussi des problèmes. Les décisions prises d’en haut ne sont pas toujours appréciées et soutenues par les citoyens, qui sont souvent les plus touchés par les décisions prises. Le film français Rien à déclarer, qui se déroule dans les années 1990 dans la région frontalière entre la Belgique et la France, montre comment les développements de l’Union européenne ont conduit à des confrontations entre les Belges et les Français. La question qui se pose ici est la suivante : les attitudes exposées dans le film sont-elles pertinentes ?

Réunion ou division ? 

Tout d’abord, selon Moreau Defarges, la construction européenne est un processus complexe, qui divise les peuples (1996). C’est ça que Rien à déclarer montre de toute évidence, avec l’hostilité entre les Français et les Belges habitant dans la région frontalière. 

En outre, l’introduction de la citoyenneté européenne par le traité de Maastricht contribue à l’identification en tant qu’Européen, affirme Belot (2010). Néanmoins, le film montre que la signature de ce traité a surtout provoqué des confrontations négatives entre les Belges et les Français. Donc la présence d’un sentiment d’identité européenne n’a clairement pas contribué à une coopération harmonieuse entre les pays voisins dans ce cas.

Image personnelle du rédactrice, tirée du film Rien à déclarer.

Pertinence limitée ?  

L’UE est en constante évolution et est encore loin d’être complète, comme le souligne Moreau Defarges (2000). Lorsque l’Union européenne change, l’attitude des citoyens à son égard change également. Par corollaire, le film a une durée de vie limitée si l’on considère la pertinence des attitudes qu’il dépeint.

En outre, il s’agit d’un film français, ce qui a pu avoir une influence sur la représentation des Français et des Belges. Dans le récit, les Belges sont très critiques à l’égard de l’évolution de l’UE, alors que les Français sont plus ouverts aux changements. L’événement historique des conséquences de la signature du traité de Maastricht est utilisé dans le film comme un moyen de dépeindre les stéréotypes que les Français et les Belges ont les uns des autres. Selon Abdallah-Pretceille, l’utilisation de stéréotypes est le reflet des caractéristiques de la personne qui utilise les stéréotypes (1986). Ainsi, en utilisant les stéréotypes sur les Belges, les réalisateurs du film se concentrent peut-être trop sur la différence des Belges et la supériorité des Français. Les intentions qui ont présidé à la présentation d’une attitude plus positive des Français ne peuvent être affirmées avec certitude, mais c’est essentiel de se rendre compte que cette perspective montrée dans le film n’est pas la seule ou la plus adéquate.

En conclusion, Rien à déclarer est un film comique et non un récit historique factuel. Bien que ce film contient des éléments de réalité, les stéréotypes utilisés dans ce film ne permettent pas de déterminer l’opinion de l’ensemble de la population française et belge à l’égard de l’UE et de ses décisions. Le portrait est trop généralisé pour permettre de le faire. Le film n’est pas non plus représentatif à long terme, car l’UE évolue, et avec elle l’attitude des gens à son égard. 

Toutefois, le film montre clairement que les pays doivent travailler ensemble pour assurer le succès de l’UE. Si les décisions sont prises d’en haut, les citoyens devront les accepter et s’en accommoder, même s’ils ne sont pas nécessairement d’accord. 

Christi de Ridder

Bibliographie :

ABDALLAH-PRETCEILLE, M. (1986). Approche interculturelle de l’enseignement des civilisations in PORCHER (dir.) Civilisations¸ Paris, Clé International, 72-87.

BELOT, C. (2010). Le tournant identitaire des études consacrées aux attitudes à l’égard de l’Europe. Genèse, apports, limites. Politique Européenne, 30, 17–44. http://www.jstor.org/stable/45017831

MOREAU DEFARGES, P. (2000). La France et l’Empire. Politique Étrangère, 65(2), 333–342. http://www.jstor.org/stable/42677152

MOREAU DEFARGES, P. (1996). La France, province de l’Union européenne ? Politique Étrangère, 61(1), 37–48. http://www.jstor.org/stable/42673652

Catégories
B2-Articles de recherche

L’être humain, maître des stéréotypes.

Le moment exact où quelqu’un nous parle d’une autre personne, nous formons dans notre tête une image mentale de cette personne. Sans avoir à lui parler, sans l’avoir vu, nous avons déjà une idée de cette personne. De cette façon, nous faisons notre chemin à travers le monde. 

Nous avons besoin de cadres, des catégories, dans lesquelles nous pouvons classer ce qu’on entend ou voit. C’est notre façon de simplifier la réalité, sur la base des opinions préconçues. Paul Taylor, comédien stand-up de descent Britannique, utilise ces poignées pour faire de l’humour. La question qui se pose est donc, pourquoi les stéréotypes sont-ils si présents dans le stand-up de Paul Taylor?

Paul Taylor finit son anecdote sur la langue française. Image de la rédactrice, tirée du vidéo #Franglais.

C’est quoi les stéréotypes?

« En général les Anglais, quand vous parlez Français vous parlez comme des gros couilles.». Cette citation est une parmi beaucoup des stéréotypes dont Paul Taylor parle dans son show #FRANGLAIS (2020). Mais c’est quoi les stéréotypes? La notion de stéréotype était initialement introduite par le publiciste Walter Lippman en 1922 (Amossy & Herschberg-Pierrot, 1997). Ce sont des images dans notre tête qui médiatisent notre rapport au réel, ça veut dire, ce sont des schèmes culturels préexistants qu’on utilise pour filtrer la réalité ambiante. Il est impossible de comprendre le réel, sans utiliser des stéréotypes. Ils sont indispensables dans notre vie quotidienne, parce que nous n’avons pas la capacité d’être vraiment objectifs. Comme Abdallah-Pretceille (1986) l’explique, les stéréotypes ne sont pas révélateurs du groupe catégorisé, mais révélateurs du groupe catégorisant. Ça veut dire, ceux qui utilisent des stéréotypes révèlent en réalité leurs propres incertitudes. 

#FRANGLAIS

En raison de son parcours franco-anglais, Paul Taylor est un des rares qui a eu la possibilité de découvrir plusieurs côtés de l’effet des stéréotypes. Il utilise ses expériences pour faire des spectacles de stand-up bilingue. « En fait, je viens de la Belgique, c’est pour ça que mon Français est de la merde, désolée! » , finit Paul Taylor son anecdote sur la langue française. C’est un exemple qui montre bien ce qu’est un stéréotype. Apparemment, il existe un stéréotype entre les Français que les Belges ne savent pas parler Français ou qu’ils sont stupide. Mais en réalité, ce que les Français vont créer est un sentiment de supériorité : ils ne savent pas parler, mais nous, nous parlons correctement Français! 

Pourquoi les stéréotypes sont-ils utilisés dans l’humour?

L’humour a une forte dimension identitaire (Aim, 2020). Pour un humoriste, l’humour est une manière de se valoriser aux yeux des autres en montrant sa capacité à rire de soi, mais aussi de définir sa personnalité. La raison pour laquelle nous avons besoin de l’humour est donc parce que l’humour nous permet de se construire en tant qu’individu et de se placer dans la sphère sociale. Nous pouvons distinguer deux formes de rire : le rire d’accueil et le rire de l’exclusion. En le cas de stand-up, comme le show de Paul Taylor, l’humoriste alternerait alors entre un renforcement de la cohésion du public, valorisation récurrent d’un public par rapport à un autre et tout en s’attaquant aux différent groupes sociale présents dans le public : l’homme, la femme, les Français, les Anglais, les jeune, les vieux, etc. Donc tous les groupes présents se sont unifiés autour d’un même but commun: le rire. L’essentiel est alors de retenir la ligne faible entre l’humour et l’insulte.

Conclusion

Pour résumer, les stéréotypes sont des images mentales qui filtrent notre rapport au réel. Souvent ces images sont utilisées pour créer un sentiment de supériorité comme dans le stand-up de Paul Taylor. Dans l’humour en général, la raison pour laquelle on aime ce type d’humour, c’est parce qu’il nous permet de nous placer dans la société. Paul Taylor l’utilise pour créer des connexions avec son public, mais aussi pour définir lui-même et sa personnalité dans la sphère sociale. 

Rosalie Louwes

Bibliographie :

  • ABDALLAH-PRETCEILLE, Martine, « Approche interculturelle de l’enseignement des civilisations » in PORCHER (dir.) Civilisations¸ Paris, Clé International, 1986, pp. 72-87.
  • AMOSSY, Ruth, HERSCHBERG-PIERROT, Anne, Stéréotypes et clichés : langue, discours, société, Paris, Nathan, 1997. 
  • TAYLOR, Paul. (2020, 15 mars). #FRANGLAIS. [Vidéo]. YouTube. https://www.youtube.com/watch?v=Pae2AMnmUVA&t=50s
  • AIM, M. (2020). Humour et stéréotypes dans le one-wo.man-show, quels enjeux sociaux et sociétaux ? Art et histoire de l’art. ⟨dumas-02976192⟩
Catégories
B2-Articles de recherche

L’amour interdit

L’amour entre une Belge et un Français. Pourquoi pas ?

Dans le film Rien à déclarer (2010), la Belge Louise vit une histoire d’amour secrète avec le Français Matthias. Ils gardent cette relation secrète, car les Français et les Belges ne sont pas censés s’apprécier. Le frère de Louise, Ruben, déteste les Français. La haine entre des différentes nationalités reste présente tout au long du film. Les Français font des blagues sur les Belges et vice versa. Pourtant, il est clair que Louise en Matthias s’aiment beaucoup. Dans cet article, je vais analyser leur amour. 

En conflit

Tout d’abord, la querelle entre les Français et les Belges dure depuis des années. Depuis le XIXe siècle, la France et la Belgique sont en conflit (Lanneau, 2010). En 1830, les Belges se révoltent et deviennent indépendants. Aujourd’hui, la querelle se manifeste par de se ridiculiser, des moqueries et une mauvaise entente. Tant les Français que les Belges s’appuient sur des stéréotypes et en font des blagues. Ce n’est pas une vue objective: « L’étude de la présence de ces stéréotypes non pas de dresser un tableau du monde, mais de rendre compte d’un imaginaire social, de l’espace idéologique et culturel dans lequel l’auteur et son public se situent » (Bavouzet, 2015). Les stéréotypes n’indiquent pas comment le monde est réellement, mais relèvent plutôt de l’imagination. Dans le film, les stéréotypes se manifestent surtout entre les douaniers. Matthias se moque des Belges. Il veut cacher sa relation avec Louise et ne veut pas être vu avec une Belge.

Hugues Merle – Romeo and Juliet [1879] by Gandalf’s Gallery

Comme Roméo et Juliette

Alors, l’histoire de Louise et Matthias peut être comparée à Roméo et Juliette (1597) d’une certaine manière. Ils s’aiment, mais leurs familles n’approuvent pas. C’est un amour interdit. La relation entre deux amoureux peut être difficile si les familles s’y opposent. Souvent, l’amour n’est décrit que de manière positive :  « Quand les philosophes parlent de l’amour, c’est bien souvent pour en vanter les vertus, pour en chanter la beauté, et finalement pour demander à la raison, à la réflexion et à l’intelligence elle-même de s’incliner révérencieusement devant ce noble sentiment » (Citot, 2000, p. 23). Malgré le fait que l’amour puisse apporter beaucoup de positivité, ce n’est pas toujours facile. Cette histoire en est la preuve. Louise aime à la fois le Français Matthias et sa famille belge. Dans le film, c’est un grand dilemme. Louise et Matthias se séparent aussi brièvement, puisqu’ils pensent que leur relation pourrait ne pas fonctionner. Néanmoins leur séparation n’a pas fonctionné, ils étaient tous deux encore plus malheureux. Ils ont découvert qu’ils ne veulent pas rester éloignés l’un de l’autre. Selon Paduano (1992), l’amour peut imposer des règles, mais le résultat n’est que le malheur et les crimes condamnés par la personne amoureuse. Dans le contexte du film, les opinions des autres sont les règles. Le couple n’était pas obligé de les écouter, mais il le faisait quand même, ce qui les rendait tous les deux malheureux. Finalement, Louise et Matthias ont décidé de se remettre ensemble et de se marier. Ensemble, ils sont heureux. 

En conclusion, l’histoire d’amour entre Louise et Mattias n’a pas été facile. Avec, entre autres, l’opinion des autres et les tracasseries entre les Belges et les Français, c’était un problème compliqué. Cependant, leur amour était suffisamment fort pour surmonter les obstacles. 

  • Emma Goede

Bibliographie 

Bavouzet, J. (2015) Krúdy et les Slovaques : une représentation de l’Autre. L’univers de Gyula Krúdy, Editions des Syrtes. ⟨hal-02075748⟩

Citot, V. (2000). Origine, structure et horizon de l’amour. Le Philosophoire, 11, 23-71. https://doi.org/10.3917/phoir.011.0023 

Guido, P. (1992). Représentation et interdiction de l’amour chez Euripide. In: Pallas, 38. Dramaturgie et actualité du Théâtre Antique. pp. 259-265. https://doi.org/10.3406/palla.1992.1252

Lanneau, C. (2010). Voisinage et représentations : La Belgique francophone et la France, du Front populaire à la guerre froide. Matériaux pour l’histoire de notre temps, 97-98, 3-10. https://doi.org/10.3917/mate.097.0002

Catégories
B2-Articles de recherche

Voire au-delà nous-même grâce à la littérature d’imagination

Notre relation avec l’autre est fondée sur notre compréhension d’eux en relation avec nous-mêmes. Vu qu’on peut seulement accéder à notre propre point de vue, notre connaissance de cette autre n’est jamais complète. Un exemple est l’incompréhension mutuelle entre l’occident et les pays d’Afrique. On peut cependant mieux comprendre notre relation avec l’autre, quand on comprend mieux cet autre. Cet essai répondra à la question :  pourquoi est-ce que la littérature d’imagination est cruciale pour mieux comprendre notre relation avec autrui ? 

Le problème

Premièrement, le plus grand problème est l’ignorance entre les différentes cultures ce qui entrave la compréhension profonde des relations pluriculturelles. Pour comprendre l’autre on utilise les informations accessibles qui souvent ne sont pas plus complexes que des stéréotypes. Comme décrit par Lippman, les stéréotypes sont des images simplifiées pour catégoriser autrui (Amossy, 1997, p.26). Donc, tandis que les stéréotypes peuvent être corrects, ils exposent « le dysfonctionnement de la relation que l’individu ou le groupe entretient avec » (Abdallah-Pretceille, p.72-82, 1986). Les stéréotypes sont insuffisants pour créer une bonne compréhension entre les différentes cultures. Si nous voulons combattre ce problème il faut que nous utilisions un moyen qui nous donne accès à des représentations plus réelles : la littérature d’imagination. 

Aller plus loin

En effet, la littérature donne des perspectives inconnues, ce qui combat la méconnaissance et ajoute plus de nuance dans le récit de l’autre. La littérature d’imagination est un bon moyen pour le combattre parce que cela  nous donne accès à de nouvelles perspectives. De plus, c’est le seul moyen qui nous permet de vivre la vie d’une perspective différente. Un exemple pertinent est le livre Les Impatientes ( Amadou Amal, 2020), qui raconte l’histoire de trois femmes camerounaises. Chaque femme raconte son histoire de mariage. Bien que les histoires soient situées au même lieu, le lecteur est emmené à trois histoires uniques. Par suite, il devient impossible d’avoir recours à des stéréotypes puisque les histoires sont plus complexes et plus diverses. Comme écrit par Robert Escarpit: « la littérature constitue un circuit d’échanges qui [… ] unit des individus bien définis à une collectivité plus ou moins anonyme » (Escarpit, p.5, 1986). Ainsi, on crée une image plus réelle de l’autre. 

Couverture : Les Impatientes, Djaïli Amadou Amal (2020), ed. J’ai Lu

Shutterstock/ kirkchai benjarusameeros, Anastasiia Smiian

Les résultats

Par conséquent, cette compréhension améliorée, grâce aux histoires racontées dans les livres, nous aide à nous relier à autrui. Selon Pierre Brunel « les débats théoriques [met] en évidence la multiplicité et la complexité des relations entre l’œuvre littéraire et son milieu social » (p.118, 1989). Pour illustrer : un sujet principal dans Les Impatientes est le mariage forcé, pourtant, cela ne veut pas dire que toutes les femmes dans le livre sont malheureuses dans leur mariage. Au contraire, les variations entre eux et les développements dans une culture sont illustrés. Donc, étant donné que ce récit littéraire donne une image plus réelle d’une culture différente, on peut faire des comparaisons plus nuancées et cela nous aide à comprendre les similarités et les différences entre des cultures variées. 

En conclusion, la littérature d’imagination est cruciale pour comprendre l’autre puisque cela  nous aide à nous positionner dans un contexte multiculturel. Les récits littéraires combattent l’ignorance qui est la cause de l’incompréhension culturelle.  La littérature nous donne une nouvelle dimension qui nous aide à aller plus loin pour comprendre l’autre.

  • Eva van Kampen

Bibliographie

Abdallah-Pretceille, Martine. (1986). ‘Approche interculturelle de l’enseignement des civilisations’ in PORCHER (dir.) Civilisations, Paris, Clé International. Pp.72-87.

Amadou Amal, Djaïli. (2020). Les impatientes. J’ai lu. 

Amossy, R., & Herschberg-Pierrot. (1997). Stéréotypes et clichés : langue, discours, société, Paris, Nathan, p.26. 

Brunel, P., & Chevrel, Y. (1989). Précis de littérature comparée (1re éd). Presses universitaires de France. https://doi.org/10.3917/puf.brune.1989.01.0105″

Escarpit, R. (1986). Sociologie de la littérature. FeniXX.

Catégories
B2-Articles de recherche

Les stéréotypes contre la formation des relations personnelles

Autrice: Amber van Kempen

Imaginez-vous un docteur qui est intelligent, fort, gentil et bon dans son travail. La plupart des gens qui lisent des descriptions comme ceux-ci ont probablement un homme de race blanche avec sa blouse de laboratoire et un stéthoscope autour de son cou en tête. Mais il est possible que cette docteur est d’origine asiatique ou d’ascendance africain. La possibilité existe que ce docteur est féminin et non masculin. Nous pouvons raisonner que cette femme médecin a des enfants ou aucun enfants mais deux chiens. C’est aussi faisable que le médecin est de confession islamique ou catholique. Ceci était une exemple du Projet Implicite inventés par Greenwald, McGhee et Schwarts, des chercheurs de Harvard. Vous voyez donc qu’il est impossible de regarder quelqu’un et de connaitre sa vie. Par conséquence la question suivante se pose, est-ce que les stéréotypes posent une nécessité ?

Representation du diversité (Susan Brandon, récupré de https://crestresearch.ac.uk/comment/brandon-using-stereotypes-prepare-interviews/)

Une stéréotypes, c’est quoi et ça sert à quoi ?

Selon Mohamed Dorai  « les stéréotypes sont ordinairement mais non nécessairement accompagnés par des préjugés c’est-à-dire par une prédisposition favorable ou défavorable envers chaque membre de la catégorie en question » (1988, 46). Les stéréotypes qu’on connait sont justifié par des films, des images et des histoires qui sont raconter. Toutefois, c’est dangereux car il est possible que les mauvais stéréotypes sont renforcés. Par exemple, les stéréotypes que tous les Néerlandais aiment le fromage ou ont que des sabots comme souliers. Dans le film français « Rien à Déclarer » de Danny Boon est bien connu pour les stéréotypes des Belges envers les Français et vice versa. Par exemple, le fait que les Belges pensent que les Français puent par le sobriquet camembert. En revanche, dans le film les Français disent que les Belges sont stupide au moyen d’une blague. Chaque pays a des blagues sur les pays voisin ou sur les pays qui ont la même langue officielle.

Beaucoup de films drôles comme « Rien à déclarer » sont exagérer et donc ce qu’ils nous montrent n’est pas la vérité. Pourtant, il est difficile de discerner la vérité si les films sont tous qu’on a sur les autres cultures. Une fonction des films est de nous montrer autres parties du monde et de la société. Ruth Amossy explique que même si le stéréotype est fréquemment utilisé comme instrument d’analyse, ca reste un notion vague avec des contours mal connues par le monde entier, et donc les fonctions demeurent controversées (1989, p.29). Assumer que tous les stéréotypes ont un noyau de vérité est rational, par contre il est impossible de dire ou est-ce que ca commence et ou est-ce que ca fini. Une autre étude par Jean-Claude Anscombre montre que « la therorie des stéréotypes, outre qu’elle propose une représentation du lexique qui n’est pas l’image traditionnelle d’une somme de contenus sémantiques « littéraux » invariant, permet d’éviter les divers paradoxes et contradictions auxquels donne lieu la Théorie des topoï dans ses différents versions, des plus anciennes aux plus récents. » (2001, p.57). En autres mots, les stéréotypes sont nécessaire parce qu’ils nous donnent la possibilité de bien assumer des aspects d’une culture et d’éviter de gros problèmes.

Conclusion

Pour conclure, le film montre l’enfantillage et le refus de travailler ensemble par le biais de stéréotypes pour montrer que c’est inutile de fonder tous vos avis sur quelques stéréotypes qui ne sont même pas vrai. Il est impossible de connaitre la vie et le caractère de quelqu’un si on connait juste les stéréotypes, qui sont en même temps exagérer par l’art et cinématographie. En revanche, les stéréotypes sont nécessaire car parfois ils nous gardent en sécurité. Il est raisonnable de prétendre que les stéréotypes ont une part de vérité, mais ils est absurde de dire que les stéréotypes sont complètement vrais.  

Bibliography

  1. Dorai, M. (1988), Qu’est-ce qu’un stéréotype ? Enfance, pp. 45-54 https://www.persee.fr/doc/enfan_00137545_1988_num_41_3_2154#:~:text=Cette%20situation%20est%20d%C3%A9crite%20par,181). 
  2. Amossy, R. (1989). LA NOTION DE STÉRÉOTYPE DANS LA RÉFLEXION CONTEMPORAINELittérature73, 29–46. http://www.jstor.org/stable/41704509
  3. Anscombre, J.-C. (2001). LE RÔLE DU LEXIQUE DANS LA THÉORIE DES STÉRÉOTYPESLangages142, 57–76. https://www.jstor.org/stable/41683396
  4. Greenwald, A; McGhee, D; Schwarts J (1998). The implicit association test. Harvard https://implicit.harvard.edu/implicit/canadafr/background/index.jsp
Catégories
B2-Articles de recherche

Stéréotypes entre pays voisins

Nous vivrons dans un monde qui est composé en stéréotypes. Un stéréotype peut aider pour évaluer des personnes, par exemple, si nous voyons quelqu’un nous pouvons réfléchir si cette personne nous ressemble. En revanche, un stéréotype peut provoquer une distanciation. Dany Boone, réalisateur du film ‘Rien à déclarer’ présenté beaucoup de stéréotypes dans ce film. Dans le film, Ruben déteste les Français, mais en même temps, il aime les Belges et pense que les Français sont inférieurs aux Belges. C’est un bon exemple pour s’intéresser aux stéréotypes, car les blagues sont les bons révélateurs des ethnotypes qui existent en chacun de nous (Théry, 2020).

Une étude parmi les écoliers néerlandais

Il s’agit d’un aspect que nous voyons de manière récurrente dans notre vie quotidienne. Un exemple qui va bien dans ce sens est une étude d’Aspeslagh et Dekker (2003) menée auprès d’écoliers néerlandais. Ces étudiants ont été invités à évaluer la Belgique, l’Allemagne et les Pays-Bas sur un certain nombre de sujets en fonction de leurs sentiments. Les résultats ont été très intéressants. Les Pays-Bas sont arrivés en tête dans presque tous les domaines qu’ils devaient évaluer et les Belges étaient également les plus amicaux et les moins arrogants, selon les étudiants néerlandais. Contrairement à l’enthousiasme modéré suscité par les Belges, les Allemands ont été très mal dépeints. Les jeunes Néerlandais interrogés ont décrit les Allemands comme belliqueux, dominateurs et arrogants.


Une blague sur les Belges, http://www.info-3000.com/RIGOLECITY/belgedevinette.htm

L’explication

Nous voyons ci-dessus un ensemble de croyances partagées (Leyens, 1999) qui montrent deux images stéréotypées totalement différentes, mais qu’est-ce qui est à la base de cela ? Dans le cas des Belges, cela est plus difficile à dire que pour les Allemands, car les Belges obtiennent des résultats raisonnables dans cette enquête. En ce qui concerne les Allemands, il existe une réponse historique plus simple. Cela est lié à la domination allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. Les jeunes y sont confrontés très tôt dans leur vie et ont ainsi une mauvaise image de l’Allemagne, comme le montre l’enquête.

Mais pourquoi sommes-nous prêts à nous sentir mieux que nos voisins ? Premièrement, parce que nous avons tendance à catégoriser les gens, le stéréotype est un schème (Argaud, Al-Zaum, Da Silva Akborisova, 2017). Deuxièmement, nous aimons appartenir à un groupe, pouvoir nous identifier de cette manière. De nombreuses personnes se sentent unies au pays dans lequel elles vivent. Les personnes d’autres pays ressentent la même chose, ce qui crée des différences entre les pays. En dépréciant le pays voisin, son propre pays semble automatiquement meilleur et on crée ainsi une image fictive du voisin. Cette image n’étant pas la réalité, nous pouvons conclure que les stéréotypes sont, en ce sens, révélateurs du groupe catégorisant et non du groupe catégorisé (Abdallah-Pretceille, 1986).

En conclusion, les stéréotypes entre pays voisins sont principalement utilisés en exagérant les caractéristiques (historiques) de ce pays et en les utilisant ensuite contre lui, avec pour résultat que son propre pays est considéré comme supérieur.

Joris Steenbergen

Bibliographie

Thery, H. (2020). WORLD GEOGRAPHY OF JOKES. Mercator, 19(2020), 1–17.

Argaud, É., Al-Zaum, M., Akborisova, E., C., & Da Silva Akborisova, E. (2017). Le proche et le lointain / The Near and the Far. Éditions des Archives contemporaines.

Leyens, J. P. (1999). Stéréotypes, discrimination et relations intergroupes. Editions Mardaga.

Porcher, L., & Abdallah-Pretceille, M. (1986). La civilisation. CLE International.

Aspeslagh, R., & Dekker, H. (2003). Beelden en Buren. Tijdschrift voor Vredesopvoeding, 18, 6–9.

Catégories
B2-Articles de recherche

Des camemberts et des accents drôles

La frontière géographique entre la France et la Belgique évoque des questions d’identité, puisque les populations aux deux côtés de la frontière ont globalement la même culture, bien qu’ils ne partagent pas la même nationalité. La difficulté de la relation Franco-Belge qui en résulte est abordée dans le film Rien à déclarer, vu qu’il se déroule à cette frontière. Ceux qui habitent là-bas, ils y sont confrontés tous les jours, ce qui entraîne des tensions et des défis. La question suivante découle de cette situation : en quoi montre le film Rien à déclarer la relation entre la France et la Belgique ?

La relation Franco-Belge

Premièrement, l’absence d’une frontière culturelle, telles que les distinctions linguistiques, rend la relation Franco-Belge ambiguë (Lanneau, 2010). Même s’ils parlent la même langue et ont la même culture, ils ne partagent pas une histoire ainsi qu’ils « appartiennent à un autre cadre étatique » page number ? (Lanneau, 2010). Au début du XIXe siècle, la confiance entre les deux pays s’est détériorée à cause de la mauvaise gestion du gouvernement français dont la Belgique a été accusée. Après la guerre, le gouvernement français, qui a eu un chef de Gaulle qui était perçu comme charismatique, a été célébré tandis que « la Belgique s’englue dans la question royale » (Lanneau, 2010). En revanche, le succès de la politique française stagne, ce que provoque une aversion des Belges.  

L’apparation dans Rien à déclarer

Deuxièmement, la relation difficile est exprimée en ridiculisant l’autre nationalité. Pour la raison que les Français voient l’accent belge « pas vraiment comme la langue française », ils aiment raconter des blagues à ce sujet et ça passe souvent en ajoutant une fois aux phrases afin de paraître plus comme un Belge. C’est ce qui se passe dans le film Rien à déclarer, quand un des héros du film, le Français Mathias Ducatel doit rassembler à un Belge. Malgré sa sincère tentative, il a reçu des regards étranges. En outre, les Français se moquent de la prononciation de certains mots. Dans la même scène, Mathias exagérait l’accent belge  ce qu’au sens de ? se moquer de la prononciation. Surtout pendant des années 80, « les Belges s’agacent de ce portrait peu flatteur » (Am.C, 2018). Par ailleurs, les Belges trouvent d’être français signifie que les Français croient qu’ils n’ont pas un accent, ils sont arrogants et chauvins (Brut, 2021). Dans le film, le directeur Dany Boon a utilisé ces clichés sur les nationalités, soit la scène dans laquelle Ruben Vandevoorde, l’autre héros belge du film, décrit les Français comme « des mangeurs de Camembert ».

Mathias, l’homme à l’avant gauche, essaie d’impressionner la famille belge en imitant l’accent belge.
Het Parool. (2011, 26 mai). [Rien à déclarer]. Het Parool. https://www.parool.nl/nieuws/rien-a-declarer~b21fbd76/?referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com%2F

Pour résumer, la réflexion sur l’histoire de la France et la Belgique ont exposé que cette relation difficile est originaire de cette histoire. Le film Rien à déclarer montre la relation Franco-Belge en utilisant des personnages, c’est-à-dire principalement les deux héros du film, Ruben et Mathias, qui sont donc symboliques pour la relation entre la France et la Belgique. Ils ont dit des insultes basées sur les clichés, ainsi que l’exemple « le mangeur de Camembert » ou ils expriment les clichés dans leur comportement.

Zoë Duppen

Bibliography

Boon, D. (Réalisateur). (2011). Rien à declarer [Film].

Brut. (2021, Juin 2). Comment les Français sont vus par les Belges. Récupéré sur YouTube: https://www.youtube.com/watch?v=-6FuYH4L4x8

C, Am;. (2018, Juillet 9). Cinq raisons qui expliquent la rivalité entre les Belges et les Français. Récupéré sur RTBF.be: https://www.rtbf.be/article/cinq-raisons-qui-expliquent-la-rivalite-entre-les-belges-et-les-francais-9967830

Van Ingelgom, V., & Duchesne, S. (2008, Mars). L’indifférence des français et des belges (francophones) pour leurs voisins européens : une pièce de plus au dossier de l’absence de communauté politique européenne ? Politique européenne, pp. 143-164.

Catégories
B2-Articles de recherche

L’Union Européenne et le conflit d’identité

Film: Rien à déclarer, image de IMDb

Quand nous sommes demandés de nommer les bénéfices apportés par l’Union Européenne, nous abordons l’égalité entre les états membres ainsi qu’une histoire partagé ; tous sous la notion de notre identité européen. Toutefois, il faut que nous gardions à l’esprit que cette identité européenne ne répond pas toujours aux différentes identités nationales en Europe. Par conséquent, cet article tente à trouver une réponse à la question suivante : Est-ce que l’installation de l’union Européen a provoqué un conflit d’identité ?

Cet article sert à analyser la culture européenne opposé aux identités nationales, plus spécifiquement les relations franco-belges à l’aide du film Rien à Déclarer, afin de déterminer si l’Union Européenne a provoqué un conflit d’identité.

L’histoire

D’abord, la Belgique connait une histoire turbulente d’autonomisation. Débuté par le traité de Nimègue de 1678 qui établissait une première frontière de 620 kilomètres, une série de traités sont à la base de mécontents, car la frontière du traité de Nimègue par exemple était situé dans une région bénéficiant de terres riches et de droits lucratifs (Colin, 1975). Malgré les tensions, la Belgique s’est développée en un pays souverain et autonome, du coup il est imaginable que les frontières aient une valeur émotionnelle en termes d’identité.

L’Union Européen

Ensuite avec l’installation de l’Union Européenne dans les années 1990 et la disparition des frontières strictes, la défense de la société et de son identité disparaît également. La fonction d’une frontière en tant que ligne fixe non interrompue qui crée un espace fermé – sacré – et sépare une société d’une autre a disparu, bien qu’elle soit nécessaire pour définir l’identité nationale (Bigo, 2011).

Dans le film Rien à déclarer produit par Danny Boon, c’est la première scène du film qui dénonce immédiatement le problème central du conflit, puisqu’en raison de l’installation de l’Union Européenne, la douane belge et la douane française doivent se démanteler et fusionner en une seule douane, ce qui provoque une confrontation entre les deux parties. (Rien à déclarer, 2011)

Stéréotypes

Finalement, l’arsenal de blagues et préjugés des deux camps comme exposé dans le film, sont principalement basé sur les stéréotypes. Dans l’œuvre d’Amossy et Herschberg-Pierrot, ils citent la définition de Walter Lipmann selon laquelle : « les stéréotypes sont les images que nous avons dans la tête et qui influencent notre rapport à la réalité »

 (Amossy & Herschberg-Pierrot, 1997, p. 26). Mais caractérisé par son intensité et sa fixité, « le stéréotype est un obstacle pour les bonnes relations entre les deux groupes, car le stéréotype n’est pas le résultat d’un manque de connaissances, mais est au contraire le symbole d’un dérèglement dans la relation que l’individu ou le groupe entretient avec les autres » (Porcher, 1986, pp. 72-87). Parallèlement au conflit entre les douaniers français et belges dans le film, une histoire Romeo et Juillet est en cours, comme le français Mathias et la belge Louise sont amoureuses et veulent se marier alors que la famille de Louise est francophobe (Rien à déclarer, 2011).

Conclusion

D’après la quantité de blagues et insultes sur les Belges et les Français ainsi que le comportement francophobe de la famille de Louise, nous constatons que le réalisateur du film a tenté de non seulement souligner l’influence des stéréotypes, mais également de critiquer l’imposition d’une identité partagée par l’Union Européenne. Il est réel que les tensions ont provoqué un arsenal de stéréotypes des deux camps à cause du fait qu’avec la disparation de la frontière, un sentiment se manifeste que la souveraineté nationale serait empêchée. Les insultes stéréotypées signalent une résistance à une identité collective imposée, alors que les Français ne se reconnaissent pas dans l’identité belge et vice versa.

Daniëlle Bolt

Bibliografie

Amossy, R., & Herschberg-Pierrot, A. (1997). In Stéréotypes et clichés : langue, discours, société (p. 26). Paris: Nathan.

Bigo, D. (2011). FRONTIÈRES, TERRITOIRE, SÉCURITÉ, SOUVERAINETÉ. Opgehaald van CERISCOPE Frontières: http://ceriscope.sciences-po.fr/content/part1/frontieres-territoire-securite-souverainete

Boon, D. (Regisseur). (2011). Rien à déclarer [Film]. La France.

Colin, A. (1975, Septembre-Octobre). La frontière franco-belge. Annales de Géographie 84e Année, No. 465, 621-625.

Porcher, L. (1986). « Approche interculturelle de l’enseignement des civilisations ». In La Civilisation (pp. 72-87). Paris: Clé international.

Catégories
B2-Articles de recherche

Les Bandes Dessinée et l’image stéréotypée

Celine Meijeringh

Les Aventures de Tintin

Pour la raison que la bande dessinée est souvent lue par des enfants, il est nécessaire de se demander quelle image de l’autre est créée dans ces bandes dessinées. La BD Tintin au Congo est souvent associée à des stéréotypes dans plusieurs études. C’est pour cette raison que je vais utiliser cette bande dessinée comme un exemple pour répondre à la question suivante : Dans quelle mesure la BD contribuent-ils à donner une image stéréotypée d’autre ? Tout d’abord, je vais donner une définition des stéréotypes. Ensuite, je vais expliquer l’influence d’une BD dans l’image stéréotypée. Finalement, je vais analyser la BD Tintin au Congo et appliquer les constatations sur cette BD. 

Quels sont les stéréotypes ?

Tout d’abord, les stéréotypes sont une image formée de phénomènes, afin de simplifier la réalité en créant une seule image et en appliquent les caractéristiques à un grand groupe (Amossy & Herschberg-Pierrot, 1997). Ils peuvent être considérés comme une sorte d’étiquette pour expliquer les personnes qui sont différentes ou anormal. Donc en autre termes, une image stéréotypée rend un phénomène différent ou nouveau compréhensible et explicable (Amossy & Herschberg-Pierrot, 1997).

L’effet des BD

Ensuite, une BD peut être considéré comme une narration visuelle (Baetens, 2009). De plus, ils sont souvent lus par des enfants ; l’histoire est facile à suivre et l’enfant n’a donc pas besoin de faire beaucoup d’efforts pour la lire (Cullingford, 1998). Lorsqu’un enfant lit une BD, ils le font souvent quand ils n’ont pas des grandes activités à faire, ce qui l’amène souvent à lire rapidement (Cullingford, 1998). Une conséquence de cette lecture rapide est qu’ils comprennent l’histoire centrale et les indices, mais qu’ils ne lisent pas avec précision (Cullingford, 1998). Tout de même, les BD sont attrayantes à lire en raison de « l’absence même de liens sensés » (Cullingford, 1998, p.171).  En outre, il ne faudrait pas oublier que même si les enfants savent que les histoires des BD sont fausses, ils savent que qu’il existe un lien avec la réalité (Cullingford, 1998). 

L’effet de Tintin au Congo

Finalement, comme je l’ai dit, la BD Tintin au Congo est souvent associée à des stéréotypes, parce que les habitants indigènes sont représentés comme des créatures craintives, mais violentes (Delisle, 2008). En outre, ils sont dépeints avec un couleur de peau noir (Delisle, 2008),(Robert, 2019) . Il s’agit donc d’une représentation simplifiée de l’inconnu, ou de l’anormal, qui vous pouvez lire dans le deuxième paragraphe. Cette simplification des personnages a peut-être été faite pour que l’intrigue reste facile à suivre, pour la raison que c’est ce qui rend une BD attrayante. Mais pour répondre à la partie de question qui porte sur la mesure dans laquelle une BD contribue à une image stéréotypée de l’autre, il est fondamental de tenir compte du fait que les enfants comprennent souvent le lien entre la BD et la réalité. 

Pour conclure

En conclusion, les stéréotypes sont une image formée pour rendre la réalité un peu plus facile. Tintin au Congo utilise une image stéréotypée, à travers la façon dont les personnages indigènes sont dépeints (Delisle, 2008), (Robert, 2019). D’ailleurs, histoire de BD est facile à suivre, ce qui en même temps assure que les enfants la lisent rapidement (Cullingford, 1998). Cependant, les enfants voient le lien avec la réalité et la BD, ce qui pourrait créer une image stéréotypée de la population indigène. 

Bibliography 

Amossy, R., & Herschberg-Pierrot, A. (1997). In Stéréotypes et clichés : langue, discours, société (p. 26). Paris : Nathan.

Baetens, J. (2009). Littérature et bande dessinée. Enjeux et limites. Cahiers de Narratologie16https://doi.org/10.4000/narratologie.974

Cedric Cullingford. (1998). Children’s Literature and Its Effects. Continuum.

Delisle, P. (2008). Bande dessinée franco-belge et imaginaire colonial: des années 1930 aux années 1980. KARTHALA Editions

Robert, P. (2019). Le stéréotype dans la bande dessinée franco-belge : jeux et plasticité narrative. Hermès, La Revue, 83, 111-118. https://doi.org/10.3917/herm.083.0111

Tintin in the Congo. (2020, 10 mars). Tintin.Com. Consulté le 17 mai 2022, à l’adresse https://www.tintin.com/en/albums/tintin-in-the-congo#

Catégories
B2-Articles de recherche

l’identité de l’Europe

Avoir sa propre identité est une grande partie de sa vie. Il est important de connaître votre identité car elle a une grande influence sur votre avenir. Cependant, comment trouvez-vous votre identité? La langue, la culture et l’histoire sont des éléments importants pour créer une identité commune. Cependant, la Belgique est divisée en deux zones. Une zone francophone et une zone hollandaise. Cela garantit que la Belgique ne parle pas une langue commune et cela a de nombreuses conséquences pour l’identité commune. L’une de ces conséquences est que les stéréotypes surgissent. Dans le film Rien à déclarer, ces stéréotypes entre les deux domaines sont clairement mis en évidence. Donc, ma question est : le film montre-t-il différentes identités et stéréotypes en Europe ?

Pour répondre à cette question, premièrement je vais enquêter l’identité européenne et belge. Avec le film  Rien à déclarer, je vais expliquer les stéréotypes et les identités en L’Europe et en Belgique. 

Identité européenne

Tout d’abord, il est bon de regarder ce qui appartient exactement à l’identité. Les Belges ont une identité nationale, mais ils appartiennent aussi à l’Union européenne, ce qui signifie qu’ils ont aussi une identité européenne. « Un certain nombre de citoyens des États membres s’auto-qualifient d’« Européen ». Les travaux qualitatifs démontrent d’ailleurs que certains individus se désignent spontanément ainsi » (Belot, 2000 ; Diez Medrano, 2003, 12). Mais qu’est-ce que l’identité européenne exactement et en quoi diffère-t-elle de l’identité belge ? La Déclaration de Copenhague, rédigée en 1973, affirmait que la théorie de l’identité européenne continuerait à « évoluer » (Belot, 2010, 30). La façon dont vous vous identifiez à l’Union européenne est liée à l’État politique, à vos propres normes et valeurs et à vos opinions sur l’Union européenne.


p.p1 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 11.0px Times; color: #5a5a5a} span.s1 {text-decoration: underline}
Le drapeau de l’Union européenne (Christian Lue, récupéré de https://unsplash.com/photos/8Yw6tsB8tnc)

Belgique evec deux régions

Deuxièmement, certains se sentent plus liés au pays dans lequel ils vivent qu’à l’Union européenne. Cependant, cette identité en Belgique est une option assez difficile. En effet, la Belgique est divisée en deux régions : la région flamande et la région wallonne. Les deux régions ont eu une longue et mouvementée histoire de guerre. En conséquence, un Flamand s’est développé « à la suite des discriminations et des mauvais traitements dont les Flamands ont été victimes sous ce qu’on pourrait appeler une ‘règle wallonne’ » (Baillien, Marie-Sophie, 2020, 9). Cela a abouti à une lutte durable qui continue de créer des commérages et des stéréotypes à ce jour. Cela se reflète aussi clairement dans le film Rien à déclarer. Le film montre une scène où des Belges francophones et des Français francophones sont assis dans un restaurant et s’insultent en accentuant les stéréotypes. Au lieu de regarder une identité européenne commune, ces groupes de personnes s’insultent en regardant leur identité nationale. Cependant, nous vivons tous ensemble dans une seule Europe.


p.p1 {margin: 0.0px 0.0px 0.0px 0.0px; font: 11.0px Times; color: #5d5d5d} span.s1 {text-decoration: underline}
Carte de langues en Belgique (Floki Fotos, https://stock.adobe.com/nl/images/carte-de-langues-en-belgique/29423475)

Conclusion

Au total, c’est à une personne de décider si elle se sent appartenir à l’identité européenne, à son identité nationale, aux deux identités, ou à aucune identité. Étant donné la Belgique a deux régions différentes avec deux langues, l’identité nationale est assez divisée. À travers des années de lutte, cela conduit à des opinions et à des stéréotypes. «  Les provinces wallonnes regorgent de différences et de stéréotypes – parfois loin d’être vrais – entre elles : les accents, les Brabançons riches et bobos, les Liégeois fêtards, les Namurois lents, le Hainaut rempliitle Luxembourg peup l’âges les scouts et les néerlandophones » (François Saint-Amand, 2020). Le film montre qu’une grande différence entre l’identité en Belgique francophone et en France. L’identité est donc une question difficile, pourtant nous vivons ensemble en Europe, ce qui nous rend tous connectés.

Sophie Heuker

Bibliographie

Baillien, Marie-Sophie (2020). Perceptie van België door jonge Walen (NLM1 en ALM1) en Vlamingen (FLM1) in 2020: stereotypen, identiteitsgevoel, nationalisme en toekomstbeeld. Université de Liège, 9.https://matheo.uliege.be/bitstream/2268.2/9439/4/TFE%20BAILLIEN%20Marie-Sophie%20Master%202%20LLG.pdf.

Belot, C. (2010). Le tournant identitaire des études consacrées aux attitudes à l’égard de l’Europe. Genèse, apports, limites. Politique européenne 30. https://www.cairn.info/revue-politique-europeenne-2010-1-page-17.htm.

Belot Céline (2000), L’Europe en citoyenneté. Jeunes Français et Britanniques dans le processus de légitimation de l’Union européenne, Thèse de doctorat de l’IEP de Grenoble.

Diez Medrano Juan (2003), Framing Europe. Attitudes to European integration in Germany, Spain and the United Kingdom, Oxford, Oxford University Press.

Saint-Amand, François (2020). Connaissez-vous ces stéréotypes entre Flamands sur leurs provinces ? RTBF.be. https://www.rtbf.be/article/connaissez-vous-ces-stereotypes-entre-flamands-sur-leurs-provinces-10576350

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search