Catégories
B2 - Articles de recherche

Le système d’information Schengen sous la loupe

On a parfois l’impression d’être sur un continent de liberté où l’on peut aller où l’on veut. Pourtant, il existe un vaste réseau qui préserve notre sécurité. Je parle du système d’information Schengen, ou SIS II. Ce système international dépasse les frontières de notre pays et établit un équilibre entre notre sécurité et la protection de notre vie privée. Aujourd’hui, nous examinons de plus près le système d’information de Schengen et nous posons la question : En quoi le système d’information Schengen (SIS II) renforce-t-il la sécurité en Europe ? Pour mieux comprendre le système, nous allons examiner ses différents aspects et ses conséquences. Avant tout, nous examinerons le contexte du système de Schengen et discuterons de son objectif. Ensuite, nous étudions comment les fonctions contribuent à atteindre l’objectif. Troisièmement, nous examinons si un équilibre a été trouvé. Enfin, nous concluons nos observations et répondons à la question.

Le douanier inutile (Plantu, 1992)

Le système d’information Schengen

Tout d’abord, avec le début de l’espace Schengen, les frontières entre les pays concernés ont disparu, de même que les contrôles aux frontières. Pour maintenir un sentiment de sécurité, le système d’information Schengen a été créé, mais qu’est-ce que le système d’information Schengen ? La base du SIS II est qu’il contient un traitement des données avec des informations sur les personnes et les objets à l’intérieur des frontières Schengen (CNIL, 2016). Par exemple, si une personne souhaite se rendre dans un autre pays de l’espace Schengen, son passeport est vérifié. Cela signifie que les mouvements de la personne sont signalés dans le système.

Les fonctions du SIS II

Ensuite, l’Europe dispose d’une base de données remplie d’informations sur les individus, mais que peut-elle en faire ? Cela m’amène à la question suivante : Comment les fonctions du SIS II contribuent-elles à améliorer la sécurité en Europe ? Il est utile de savoir que le système ne contient pas seulement des noms et des dates de naissance, le SIS II accède également à des données biométriques, telles que « des empreintes palmaires, des empreintes digitales et les profils ADN » (Ouffella 2023). Ces informations sont nécessaires pour fournir des alertes préventives, car elles rendent les données plus fiables et plus complètes (Ouffella 2023). Avec ces informations, ils peuvent alerter très rapidement les pays de l’espace Schengen lorsqu’ils trouvent, par exemple, des personnes disparues ou recherchées. Cela facilitera la détection et permettra de maintenir le contrôle de la migration. Alors, grâce à ces données, les autorités peuvent trouver les informations dont ils ont besoin pour signaler, saisir et accéder à des personnes dans Schengen (CNIL, 2016).

Une balance

Finalement, le système d’information Schengen n’a pas que des aspects positifs. Comme j’ai mentionné dans l’introduction, le système cherche à trouver un équilibre entre la sécurité et la protection de la vie privée. Le raisonnement qui sous-tend la quantité de données joue un rôle majeur et c’est pourquoi nous demandons : pourquoi cette information est-elle nécessaire dans la base de données SIS II ? Avec l’expansion du type de données, le système est devenu le système de gestion des frontières le plus avancé au monde (Directorate-General for Migration and Home Affairs, 2023). Cependant, le revers de la médaille, c’est que nous, les citoyens, perdons davantage de notre liberté. Nos opinions sur le meilleur équilibre peuvent toutes différer, mais je voudrais mettre en lumière un exemple de réussite du SIS II. Grâce à la base de données, une jeune fille polonaise, Kasia, enlevée a été retrouvée en 24 heures en Allemagne (Directorate-General for Migration and Home Affairs, 2023). Cela montre que le système peut sauver des vies grâce aux informations dont il dispose et qu’en échange de nos photos et de nos empreintes digitales, nous sommes beaucoup plus en sécurité.

En conclusion, le système d’information Schengen rend l’Europe plus sûre en créant une base de données contenant des informations permettant d’identifier et de localiser les personnes disparues et recherchées, et constitue donc un excellent substitut aux contrôles frontaliers. Le système, en particulier avec son expansion, peut sauver de nombreuses vies car il travaille de manière très précise et rapide, ce qui est nécessaire dans notre monde en transformation. Avec un avenir incertain, nous pourrions nous demander comment perfectionner le système d’information de Schengen pour relever les défis du futur.

688 mots

Bibliographie

CNIL. (17 octobre 2016). SIS II : Système d’information Schengen II. CNIL. https://www.cnil.fr/fr/sis-ii-systeme-dinformation-schengen-ii

Directorate-General for Migration and Home Affairs. (19 septembre 2023). EU Schengen Information System saves lives. European Commission. https://home-affairs.ec.europa.eu/news/eu-schengen-information-system-saves-lives-2023-0 9-19_en?prefLang=fr

Ouffella, Y. (9 mars 2023). Entrée en service du nouveau système d’information Schengen : Ce qui va changer. ObservAlgerie.com. https://advance-lexis-com.proxy-ub.rug.nl/api/document?collection=news&id=urn:contentIte m:67RB-3Y21-F11P-X2YF-00000-00&context=1516831.

Plantu. (1992). Le douanier se fait la malle, 20 ans de dessins sur l’Europe. Paris: Le Monde-Éditions. 166 p. ISBN 2-87899-044-7.



Citer ce billet
marliesdejong (2024, 8 mai). Le système d’information Schengen sous la loupe. RUGFLEC1. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nmh

2 réponses sur « Le système d’information Schengen sous la loupe »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search